Voir le site en français

Film launch “The animals you eat”
Written by Jodi Ruckley   
Friday, 24 September 2010 00:00

It’s today, the launch of Our Place on Earths first film, “Ces animaux que tu manges” in Toulouse. I can’t help but reflect on some of the momentous occasions that have occurred whilst bringing this once dream into a reality.

  • 4 years ago in Biarritz with my good friend Noemie Ventura. We talk about many things, mostly about animals and how we can make life better for them. An idea is born, a film about intensive farming of animals in France.
  • 2 years ago in Biarritz again. I meet a girl in a bookshop that I visit often, we chat. In conversation I let her know I am searching for a cameraman, I am leaving in two days to start filming. She says I know someone who might be interested. Two hours later the three of us are eating in my camping car. He says he will come; yippee, and it turns out he is the ex boyfriend of Noemie.
  • I look for a picnic area, so we can stop and eat lunch; it’s our second day. I pull over accidently in front of one of the largest battery hen farms I have seen. We find all the farms in much the same way, its simple one after the other.
  • I meet Michael, my dear friend, a calf living in a veal farm. He is one of the dearest friends I will ever meet, one of the deepest connections I have ever had. Whilst we interact a song comes over the radio, by Boy George “Do you really want to hurt me, do you really want to make me cry”. To leave him in that farm is one of the most difficult things I have ever had to do.
  • I hold Malika the battery hen and Theo the baby pig in my arms. Surprising for them, to feel a caress and a human holding them to the heart.
  • Watching Fred swimming freely in the sea. He is like poetry in motion and memorising to watch. Certainly different to visiting the salmon farm where I have never seen so many fish so packed tightly together. It makes me shudder to remember.
  • A baby pig lying dead at the piggery. The farmer does not blink an eyelid as we film. Its normal its every day life, at a place where animals are just products, a way to make a living.
  • Filming the calves waiting at the abattoir. Passing the security gate with no one inside. Walking a few hundred metres to find the calves. They wait their final moments. I pray for them, connect with them and film them quickly. My hand is shaking like a leaf; I have no idea how the shots are still.
  • The cameraman finishes. I do the last 3 days alone. I pass a broiler farm and find its is a supplier for KFC. I wait for someone outside the building, and ask if I can enter and film. They say yes. I watch as thousands of chickens live their monotonous lives. It is the day before they go to the abattoir; they are fully grown at just six weeks of age. Jojo walks up beside me, he wants to exit the door. Want can I do, I take him with me and he goes to live at L.AR.A, a local animal refuge. I ask if I can film the chickens leaving to go the abattoir and follow the truck. She says yes. An opportunity of a lifetime. I have an appointment 600km away. I drive there and try and find somewhere who can do the filming. No one available. I drive the 600km back to the farm. I am absolutely exhausted and fighting to make it on time and to keep awake driving. I arrive at 1am. The building is empty, the lights are on. I have missed them by about half an hour. I cry hard, and collapse into an exhausted sleep. I pray for those chickens en route to the abattoir and weep for them.
  • Based on my experiences with the animals, I write a script. I love writing, and I love sharing the sentiments of the animals. I search a way to give the animals a voice, an opportunity to share their sentiments.
  • I spend weeks trying to work how to transfer footage from the video camera to my computer and then several more weeks on how to cut it down from 5 hours to half hour. I am in a different world, learning about sound recording and things I have never thought about.
  • I arrive in France and I learn that Jojo the chicken dies, he is 7.2 kgs; it’s a heart attack. I cry and cry…
  • I need footage of a pig who is free. I visit Agir pour les animaux, a refuge close to Toulouse. I meet Jojo (yes another coincidence) a sow. She is awesome, she is friendly and outgoing and the perfect personality to be a film star. She loves life; her happiness shines through with every smile. Jojo you rock.
  • In Biarritz again, at the same bookshop. I am with Philip who is doing the sound recording of the French voice over’s. We have to re record two voices and have little time. We need teenagers for the young calf and pig. Neither of us know anybody who can do it. I go to the street, two young men pass; I hesitate a second then run after them and ask in French, would you mind doing a voiceover for a film? They say yes. They record the voices. They offer to make a song for the film, they will return in 10 minutes with a guitar and another band member. They come back and bring tears to our eyes. The song “Heal” is touching, it brings shivers and tears to the eyes of all in the room. I am sure “John Sushi and the bastards” will have great success one day, and I love that their song is at the end of the film.
  • Thanks to all the animals who shared their hearts, for their courage and I hope one day they will know freedom. I hope humans have the courage to really examine the far reaching effects that eating meat has, and to discover if it is a necessary part of their diets.
  • Thanks to everyone who worked on the film…your support is very much appreciated. You know who you are ☺
  • Check it out www.cesanimauxquetumanges.fr
  • English version finished next week.

Soon we will be in the centre of Toulouse at Capitole. A ‘cow’, a ‘chicken’ and a ‘pig’ will sit in dressing gowns on chairs marked with “star” and hand out invitations to the screening at 19h tonight. Free entry and drink provided. Chin Chin.

Watch Ces animaux que tu manges here: http://cesanimauxquetumanges.fr/default.aspx

 

French translation

It’s today, the launch of Our Place on Earths first film, “Ces animaux que tu manges” in Toulouse. I can’t help but reflect on some of the momentous occasions that have occurred whilst bringing this once dream into a reality. Translation of blog below (thanks stephanie:)

Our Place on Earth est heureux de présenter aux Toulousains son premier film :“Ces animaux que tu manges”

  • Je me revoie il y a quatre ans, à Biarritz, avec mon amie Noemie Ventura ; nous parlions de pas mal de choses mais principalement des animaux et de ce que nous pourrions faire pour changer leur vie. Une idée est sortie du lot : et pourquoi pas un film sur l’élevage intensif en France ?
  • Ci deux ans, Biarritz encore. Dans une de mes librairies préférées, j’ai engagé la conversation avec une femme lui indiquant que je cherchais un cameraman. Je devais partir deux jours plus tard pour le tournage. Elle me dit qu’elle connaissait quelqu’un. A peine deux heures plus tard, nous étions trois réunis pour le déjeuner dans mon camping car. Ce cameraman s’est révélé être l’ancien petit ami de Noemie…
  • J’ai recherché une aire de pique-nique pour que nous déjeunions lors de notre second rendez-vous. Par hasard, j’ai garé mon camping car devant l’une des plus grandes fermes de poules pondeuses que j’ai jamais vue. Nous sommes tombés sur toutes ces fermes de la même façon, l’une après l’autre…
  • J’ai rencontré mon ami Michael –un veau d’élevage. C’est un de mes meilleurs amis animaux, j’ai partagé avec lui une de mes meilleures connexions ; alors que nous communiquions, une chanson de Boy George est passée à la radio “Do you really want to hurt me, do you really want to make me cry ?”. Le laisser dans cette ferme a été l’une des choses les plus difficiles que j’ai eu à faire dans ma vie.
  • J’ai tenu Malika, la poule pondeuse ainsi que Théo, le bébé cochon dans mes bras. Ils étaient tout surpris de voir un humain les serrer aussi fort contre son cœur…
  • Regarder Fred nager en toute liberté… C’est un poème vivant… Très différent de mes visites dans des élevages intensifs de poisons dans lesquels je n’ai jamais vu autant de poissons rassemblés dans si peu d’espace… J’en frissonne rien qu’à y penser…
  • Dans un élevage intensif de cochons, un porcelet est étendu par terre, mort. Le fermier n’a pas l’air concerné. Pour lui, cela a l’air d’être une routine, les animaux sont des produits, c’est un moyen de gagner de sa vie.
  • Filmer les veaux à l’abattoir. Passer la guérite de sécurité : personne à l’intérieur. Il a fallu marcher quelques centaines de mètres pour trouver les veaux. J’ai attendu qu’ils passent à l’abattage, j’ai prié pour eux, je me suis connectée à eux, je les ai filmés furtivement. Ma main tremblait comme une feuille, je me demande encore comment les plans ne sont pas flous…
  • Je n’ai plus de cameraman et ai fait les trois derniers jours toute seule. Je suis arrivée à proximité d’une ferme d’élevage de poulets dits de chair – en fait un fournisseur de KFC. J’ai attendu que quelqu’un sorte de l’usine et lui ai demandé la permission d’entrer pour filmer. On m’a répondu oui. J’ai vu des milliers de poulets et leur existence misérable. Le lendemain, ils devaient partir pour l’abattoir. Ils ont à peine six semaines. Jojo se rapproche de moi, il cherche la sortie. Que faire? Je le prends avec moi pour qu’il puisse vivre à LARA, un refuge local. Je demande la permission de filmer les poulets lors de leur envoi à l’abattoir, le jour suivant. Encore une fois, ce fut oui. Une chance incroyable. Je sors d’un rendez-vous à 600 kilomètres de là. J’essaye de trouver quelqu’un qui pourrait tenir la camera. Je suis complètement vannée, j’ai du mal à conduire. J’arrive à une heure du matin. Le bâtiment est vide, toutes lumières allumées. Je m’apperçois que je viens de les rater de plus d’une demie heure. Je suis effondrée, en larmes, j’ai prié pour ces poulets avant de succomber au sommeil.
  • De mes expériences de terrain avec les animaux, j’ai écrit un script. J’adore écrire et j’aime partager mes sentiments à propos des animaux. J’ai cherché un moyen de donner une voix aux animaux, comme une opportunité pour eux de pouvoir partager leurs sentiments.
  • J’ai passé des semaines à essayer de transférer les scènes tournées de la caméra sur mon ordinateur et des mois supplémentaires à réfléchir sur le montage pour passer de cinq heures de film à une demie heure. …Des expériences tout à fait nouvelles pour moi.
  • Arrivée en France, j’apprends que mon ami poulet Jojo est mort. Il pesait 7,2 kilos et une crise cardiaque l’a emporté. Jojo, ta mort m’a profondément attristée.
  • Je souhaite ajouter au film des images d’un cochon en liberté. Je suis allée visiter « Agir pour les animaux », un refuge près de Toulouse. J’y ai rencontré Jojo –quelle coïncidence !- une truie. Elle est formidable, à la fois très amicale et expansive : un charisme digne d’une star de ciné. Cette truie sourit à la vie, elle est très joyeuse. Jojo, tu m’épates !
  • Biarritz, ma librairie préférée. Je suis en compagnie de Philippe qui fait le doublage de la version française de mon film. Nous devons enregistrer deux voix et avons peu de temps devant nous. Manquent deux voix d’adolescents pour le jeune veau et le cochon. Aucun de nous deux ne peut faire cela. Je sors sur le trottoir, deux garçons passent. Une seconde d’hésitation et me voilà qui cours après eux pour leur demander, dans mon français, s’ils accepteraient de faire un doublage. Ils sont d’accord. Vite, nous enregistrons leurs voix. Ils nous proposent une chanson pour le film : en moins de dix minutes, ils reviennent avec une guitare et le troisième membre de leur groupe. La chanson qui figure sur le film et nous ont offert, « Heal », m’a émue jusqu’aux larmes et remué toute la librairie… Je suis persuadée que « John Sushi and the bastards » connaîtra le succès un jour ou l’autre ; j’aime que cette chanson apporte sa touche particulière à la conclusion du film.

Merci à tous les animaux qui ont partagé avec moi leurs émotions, bravo pour leur courage. J’espère qu’un jour ils connaîtront la liberté. J’espère que les humains auront le courage de regarder en face tout ce qu’implique leur consommation de viande et que cela les conduira à remettre en cause leur alimentation.

Merci à tous ceux qui ont travaillé sur le film, j’apprécie beaucoup leur soutien. Ils se reconnaîtront Smile …

Regardez le film sur www.cesanimauxquetumanges.fr
La version anglaise sera mise en ligne sous peu.
Bientôt nous allons rencontrer les Toulousains au Capitole. Une « vache », un « poulet » et un « cochon » en robe de chambre vont prendre place sur des chaises siglées « stars » et distribuer des invitations à la diffusion à 19 heures du court métrage. Entrée gratuite, boisson offerte. Tchin Tchin !
A suivre.
Jodi